Bilan de la campagne 2015

Habitat médiéval

L’habitat primitif, exceptionnellement bien conservé, n’a jamais fait l’objet de la moindre étude du bâti, ni même de relevé précis. Il est divisé, aujourd’hui, en 5 niveaux : 3 hors-sol, 1 s’ouvrant sur la cour intérieure et 1 en sous-sol. Ces 2 derniers sont quasiment restés dans leur état d’origine. Les niveaux hors-sol partitionnant le bâtiment sont récents (XVIIe/XVIIIe siècles ?) mais des éléments architecturaux (pieds droits, ouvertures bouchées…) permettent de visualiser son ancienne partition.

4 1     Façade sud

En 2015, l'étude des deux niveaux inférieurs : niveau A et niveau B et des élévations extérieures ont déjà permit d’apporter des éclairages sur la construction de l'habitat primitif et ces remaniements successifs. Mais également, il a été possible d’établir une chronologie provisoire dans ces aménagements et une datation relative quand à leurs périodes de réalisation.

Esa plan 2

Niveau B

Esa plan 4

Niveau A

 

Etat 1 : XIIIe siècle

La maison du Rousset est mentionnée pour la première fois en 1260 : Audin della Batici della mayson de Rousset jurabla e rendable (Chartes du Forez, 903, art. 71). La grande salle, de 93.495 m2, possède des éléments architecturaux remarquables et exceptionnels : une fenêtre trilobée à coussiège et les vestiges d'une cheminée à tore et tablettes. Deux archères à rames défendaient la façade sud.

Oa1c     Fenêtre trilobée à coussièges

 

Etat 2 : XIVe siècle

Cet état correspond à la construction du logis 2 qui a été daté en 2014, de 1381, grâce à la datation dendrochronologique d’une goulotte de coulissage. Le nouveau logis forme un quadrilatère hermétiquement clos grâce au prolongement de la façade sud du logis primitif qui vient se poser sur la tour maîtresse.

 

Chateau vu du nord Vue nord du château

Etat 3 : fin XVe siècle/début XVIe siècle

Les remaniements de cette période sont à associer à ceux de l’état 2 du logis 2. Ils ont été intégrés dans cette période grâce aux éléments architecturaux similaire à l'ensemble du château déjà étudiés. La façade ouest est fortement modifiée avec la création de trois fenêtres à cavets et de deux latrines en encorbellement. Les coffres, jetaient, les matières à l’extérieur. Les sièges d’aisances, simple dalle trouées, étaient  entièrement portés en encorbellement sur le nu du mur. La façade nord, fut percé d’une fenêtre à ébrasement avec moulure à cavet et tablette. Une porte ogivale surmontée d’une bretèche est aménagé dans l’extrémité est de la façade sud.

Oa7c    Porte ogivale OA7

Dateb    1763, IHS : date probable de fin d'une tranche de travaux

Etat 4 : fin XVIe siècle

Le niveau 3 a été abaissé pour laisser libre l’axe de tir des archères canonnières, nouvellement installées. Cette période a été datée grâce aux éléments de défense qui sont spécifiques de cette période et étudiés en 2014.

Etat 5 : seconde moitié XVIIe siècle/première moitié XVIIIe siècle

Cet état pour le logis primitif correspond à la transformation de la maison forte en résidence de plaisance. La datation, sur l’ensemble du château, a été posée grâce aux éléments architecturaux, au plafond à lattis et aux cheminées. Les mortiers et enduits prélevés dans l’ESA trouvent leur correspondance avec ceux collectés sur les éléments XVIIe/XVIIIe siècles dans l’ensemble du château. Toutes les ouvertures antérieures ont été bouchées, les latrines et la bretèches détruites. Onze nouvelles ouvertures (portes et fenêtres) furent créées. La grande salle médiévale fut partitionnée en deux espaces. La cheminée XIIIe siècle a été partiellement détruite et absorbée dans une nouvelle qui intègre deux fours. Le niveau 3  a été rehaussé afin de créer une harmonie avec l’ensemble du bâtiment. Les quatre fenêtres (2 au sud et 2 au nord) ainsi que la porte sur UM7 nord ont, probablement, été aménagées à cette période.

Etat 6 : fin XXe siècle

Cet état est connu par les témoignages des propriétaires. Il correspond pour l’ensemble du château à l’état 8. Lors de la réfection de la toiture, le dernier niveau fut abaissé. Les quatre fenêtres et la porte furent modifiées et cimentées.

L’opération 2015 sur une partie de l’habitat primitif (ESA) a déjà permis d’apporter des éclairages sur sa construction et ces remaniements successifs. Mais également, il a été possible d’établir une chronologie dans ces aménagements et une datation relative quand à leurs périodes de réalisation.

Le XIIIe siècle peut être retenu, sans équivoque, pour sa période de construction. Grâce aux éléments architecturaux et aux analyses des mortiers et enduits, les divers remaniements, dans le temps, de l’habitat primitif ont pu être raccrochés à ceux déjà bien documentés de l’ensemble du château du Rousset.

L’étude en 2016, des niveaux supérieurs permettra de visualiser, à l’intérieur, les modifications observées sur les élévations extérieures et d’apporter, probablement, des réponses ou du moins des précisions aux constatations de 2015.

 

Façade principale : acquisition de parement et phasage

Releve pierre a pierre internet 2

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×